Rhodes

La magnifique île de Rhodes (île des roses) a une histoire riche et variée. La plage de Lindos est parmi les plus belles de l'île. Rhodes, sa capitale, est un haut lieu animé pour les visiteurs tout comme pour les commerçants. Ce port prospère est le point de départ de nombreuses merveilles à visiter sur cette île. Sur la côte Est de Rhodes qui surplombe deux magnifiques baies, se trouve l'Acropole de Lindos, sous laquelle s'entremêle un dédale de rues tortueuses et de bâtiments à la blancheur aveuglante. Lindos fut d'abord la principale ville de l'île avant que ne soit fondé Rhodes en 408 av. J-C.
Mieux connue des île Dodécanèse, Rhodes est riche d’une beauté naturelle, d’une variété architecturale et d’une histoire colorée. La ville de Rhodes est, sur un plan architectural, l’une des plus variées d’Europe. Les styles hellénistique, byzantin, médiéval et turc se mélangent librement. Soleil et air sec créent une telle lumière sur l’île que les anciens attribuèrent Rhodes à Apollo, le Dieu de la Lumière.
Ses plages de sable fin et son soleil lumineux en font une escale incontournable mais l’intérieur de l’île mérite largement le détour : des villages préservés, nichés au pied des montagnes, et des forêts luxuriantes. Quant à la vieille ville extraordinairement préservée et classée au patrimoine mondial, elle est la plus grande cité médiévale habitée d’Europe.
Une longue suite de légendes et de mythes peuplent l’histoire de Rhodes, l'une des principales îles de la Méditerranée, la quatrième de l'archipel grec et la plus importante du point de vue de sa surface et du nombre d'habitants du Dodécanèse. Selon la mythologie grecque, l’île serait le cadeau de noces laissé aux hommes par le dieu Hélios qui était tombé amoureux de la nymphe Roda à laquelle il dédia l’île et ses beautés.
Les Grecs n'auraient pas su trouver une meilleure explication de l’extraordinaire richesse naturelle de cette île, laquelle est protégée par trois massifs montagneux qui donnent aux plages et à la côte un climat plaisamment ventilé.
Les bois, très denses, ainsi qu'une bonne irrigation font de l’île, surtout dans sa partie la plus septentrionale un terrain riche et fertile.
En réalité, il existe également une explication moins mythologique de l’importance de cette île, qui, au cours de la période grecque, connut une splendeur que l'on peut comparer uniquement à celle d'Athènes et celle-ci réside dans une position revêtant une grande importance du point de vue stratégique et commercial.
C'est au cours de cette période, en effet, que l’on a situé la construction de l'un des symboles les plus connus du pouvoir de Rhodes, le fameux colosse, une statue de bronze haute de 35 mètres, appuyée sur une embase de pierre de 10 mètres et qui se trouvait placée à l'entrée du port.
A Rhodes, à cette époque, vivaient au moins quatre-vingt mille personnes tandis que s’y épanouissait une école d’art, de rhétorique et de philosophie des plus florissantes.
Abattu par un terrible tremblement de terre, les restes du colosse furent abandonnés pendant presque mille ans avant d'être recueillis, fondus et vendus par les Arabes.
Cet épisode fut le signe avant-coureur de la fin de la période de la splendeur de Rhodes, laquelle connut en effet un dénouement dramatique en raison de très fréquentes invasions turques et arabes.
A partir de 1300 et pendant deux siècles, ce furent les Chevaliers de Malte qui l’occupèrent et qui y construisirent de nombreux ouvrages dont les traces sont encore présentes aujourd'hui.
Après les Chevaliers s‘instaura une domination turque, longue et obscure, jusqu’à ce que, venue l'époque contemporaine, s’y établirent les Italiens qui l’occupèrent jusqu'à la fin de la seconde guerre mondiale, en restaurant et en reliant entre elles les villes principales.
Rhodes appartient à la Grèce depuis 1948.
La ville est encore aujourd'hui divisée en deux parties bien distinctes : la partie nord est la partie moderne, actuelle et comprend les nouvelles structures touristiques, tandis que la partie sud est par contre d'origine clairement médiévale.
La citadelle médiévale, entourée d'un périmètre de quatre kilomètres carrés fermé par une enceinte abrite en son sein, dans l'Hôpital des Chevaliers, le Musée archéologique qui comprend de nombreux vestiges de toutes les périodes historiques de l’île, tandis qu’à quelque distance du musée se trouve la Résidence des Sept Langues et celle des Grands Maîtres, construite sur le modèle du Palais des Papes à Avignon, laquelle fut détruite par les Turcs et reconstruite par les Italiens.
Lindos, se trouvant à une cinquantaine de kilomètres de Rhodes, est le plus beau village de l’île, avec ses rues étroites et ses maisons blanches, dont la plupart possèdent encore les décorations extérieures qui remontent au XVe siècle.
Le village est dominé par l’Acropole, construit sur le sommet d’un haut plateau. On y trouve les vestiges du sanctuaire et du temple d’Athéna Lindia, le reste du portique des Propylées, ainsi que les vestiges du temple de Dionysos.
 
 

Océania Croisières
40 Bd de la République - 06240 BEAUSOLEIL - FRANCE
Tél. : +33 4 92 10 72 72 - Fax : +33 4 92 10 75 30 - E-mail : oceania@monacruises.com